Nos
Actualités

Actualités

nouvelle expertise hydrogéologique

La Juridiction valide la prise en compte d’une étude hydrogéologique postérieure à la délibération choisissant d’aménager une nouvelle station d’épuration en retenant que :

« Il ressort également de l’ensemble des pièces du dossier, en particulier de l’étude X réalisée en 2018, produite en appel par la commune de Y et confirmée sur ce
point, notamment, par l’avis hydrogéologique de M. Z qu’aucun risque d’inondation par remontée de nappe n’existe sur le terrain d’assiette du projet.
Contrairement à ce que soutiennent les intimés, rien ne s’oppose à ce que la cour prenne en considération ces nouvelles études, bien qu’elles soient postérieures à la délibération en litige et au jugement de première instance, dès lors qu’elles permettent d’apprécier la situation de fait existante à la date de cette délibération. »

arrêt CAA DOU 31.12.18
Actualités     

nouvelle expertise hydrogéologique


La Juridiction valide la prise en compte d’une étude hydrogéologique postérieure à la délibération choisissant d’aménager une nouvelle station d’épuration en retenant que : « Il ressort également de l’ensemble … Continuer la lecture de nouvelle expertise hydrogéologique

consulter
Actualités

VENTE IMMOBILIÈRE – SAINTE HONORINE DU FAY

Département du Calvados
SAINT HONORINE DU FAY (14210)
Rue des écoles

01 ha 04 a 80 ca
MISE A PRIX : 156.000 €

Visite le 30 août 2019 de 14H30 à16H30
Vente le 5 septembre 2019 à 14H
au Tribunal de Grande Instance de CAEN
POUR ENCHERIR, NOUS CONTACTER AU 02 31 86 52 03 ou pierre.baugas@normajuris.fr

Actualités     

VENTE IMMOBILIÈRE – SAINTE HONORINE DU FAY


Département du Calvados SAINT HONORINE DU FAY (14210) Rue des écoles 01 ha 04 a 80 ca MISE A PRIX : 156.000 € Visite le 30 août 2019 de 14H30 … Continuer la lecture de VENTE IMMOBILIÈRE – SAINTE HONORINE DU FAY

consulter
Actualités - Droit Rural

Preuve d’un bail rural

Les baux ruraux peuvent être oraux.

Cela signifie qu’un accord verbal entre un propriétaire et un fermier peut être regardé par le Tribunal paritaire des baux ruraux comme valant bail rural.

Pour ce faire, le fermier devra prouver la mise à disposition des terres à titre onéreux.

Des ventes d’herbes répétées permettent sous certaines conditions de caractériser l’existence d’un bail rural.

Les Juridiction peuvent également tenir compte de la circonstance que les bailleurs avaient fait paraitre dans la presse une annonce proposant le bien à la location à une période contemporaine à celle de l’entrée en jouissance de celui qui revendiquait le statut du fermage et le bénéfice d’un bail.

Cette décision a été obtenue par le CABINET BAUGAS-CRAYE.

arrêt 15-1-07
Actualités      Droit Rural     

Preuve d’un bail rural


Les baux ruraux peuvent être oraux. Cela signifie qu’un accord verbal entre un propriétaire et un fermier peut être regardé par le Tribunal paritaire des baux ruraux comme valant bail … Continuer la lecture de Preuve d’un bail rural

consulter
Actualités - Droit Immobilier

La construction d’une maison d’habitation en zone agricole est subordonnée à la preuve d’un lien étroit entre la construction projetée et l’exploitation … mais pas à la démonstration de la qualité d’agriculteur du pétitionnaire

Les plans locaux d’urbanisme prévoient fréquemment que les constructions nouvelles en zone A ne sont possible que sous réserve d’être nécessaire à l’exploitation agricole.
Le juge administratif examine avec attention l’existence de cette nécessité et rappelle à cette occasion que la profession du demandeur de l’autorisation d’urbanisme n’est pas une considération entrant en ligne de compte.

La préservation des espaces agricoles et la lutte contre le mitage doivent être conciliés avec la nécessité de ne pas entraver l’activité économique des territoires et notamment l’activité agricole dont la prédominance en Normandie constitue enjeu de dynamisation des territoires ruraux.
Les plans locaux d’urbanisme sont le reflet de cette délicate conciliation et le contentieux résultant de l’application de ces documents réglementaires en est un témoignage instructif.
Saisi par un propriétaire souhaitant développer une activité de poulinage sur sa propriété, le Tribunal Administratif de Caen rappelle tout d’abord l’étanchéité entre règle d’urbanisme et qualité du pétitionnaire.
Le fait d’être ou non agriculteur ne suffit pas à refuser ou à accorder un permis de construire en zone A.

Le Tribunal administratif examine ensuite avec attention si la construction du/des bâtiments est nécessaire pour l’exploitation agricole.

Enfin, la Juridiction examine si les bâtiments créent s’intégreront dans un ensemble au regard de la proximité, de la nature et des caractéristiques des bâtiments existants et futurs.

Au regard de ces éléments, le juge administratif annule le refus de permis de construire et enjoint à la commune de réexaminer la demande du pétitionnaire.

Cette décision a été obtenue par le CABINET BAUGAS-CRAYE.

TRIBUNAL ADMINISTRATIF 1401754
Actualités

Fermer un passage à niveau engage la responsabilité de RÉSEAU FERRE DE FRANCE

La responsabilité de RÉSEAU FERRE DE FRANCE peut être engagée lorsque la décision de fermeture d’un passage à niveau pour de légitimes raisons de sécurité a pour effet d’enclaver le propriétaire d’une parcelle se trouvant de l’autre côté de la voie.
Cette dernière sera alors indemnisée des préjudices qu’elles subi et notamment du cout désenclavement.

La responsabilité administrative des personnes publiques peut être engagée lorsque ces dernières commettent une faute.
Au-delà de ce cadre, il existe également des régimes de responsabilité dit « sans faute“.
Parmi ces régimes, la jurisprudence a notamment consacré la responsabilité des personnes publiques en cas de rupture d’égalité devant les charges publiques.
Il s’agit du cas où la personne publique fait supporter, au nom de l’intérêt général, des charges particulières à certains membres seulement de la collectivité.
Dans ce cas, la jurisprudence reconnait un droit à indemnisation pour ces membres et ce afin de rétablir l’équilibre rompu dès lors que le préjudice subi revêt un caractère spécial et anormal.
Le Tribunal Administratif de CAEN met notamment en jeu la responsabilité du gestionnaire du réseau ferroviaire lorsque la fermeture d’un passage à niveau pour de légitimes raisons de sécurité a pour effet d’enclaver le propriétaire d’une parcelle se trouvant de l’autre côté de la voie.

Le Tribunal administratif indemnise les frais de remises en état de la parcelle, la perte de revenus fonciers issus et les frais inhérents à la création d’un nouveau passage.

Cette décision a été obtenue par le CABINET BAUGAS-CRAYE.

TRIBUNAL ADMINISTRATIF 1401754
Actualités     

Fermer un passage à niveau engage la responsabilité de RÉSEAU FERRE DE FRANCE


La responsabilité de RÉSEAU FERRE DE FRANCE peut être engagée lorsque la décision de fermeture d’un passage à niveau pour de légitimes raisons de sécurité a pour effet d’enclaver le … Continuer la lecture de Fermer un passage à niveau engage la responsabilité de RÉSEAU FERRE DE FRANCE

consulter
Actualités - Droit Public

Connaitre les lieux ne constitue pas toujours une cause exonératoire à l’engagement de la responsabilité en cas de travaux public

Une professeur des collèges chute et se blesse en butant sur un regard dont le couvercle avait été laissé ouvert dans le couloir situé à proximité de la salle des professeurs.

 

Elle engage la responsabilité du département sur le fondement du dommage aux travaux publics en faisant valoir l’absence de signalisation.

 

Le Conseil d’Etat retient que « la circonstance que Mme B…connaissait les lieux n’est pas de nature, s’agissant d’un désordre dont l’intéressée n’était pas censée avoir connaissance, à caractériser une imprudence fautive ; qu’une simple inattention, à la supposer établie, n’est pas davantage, dans des circonstances comme celles de l’espèce, constitutive d’une faute ».

 

L’arrêt témoigne d’une appréciation favorable à la victime du dommage aux travaux publics.

ARRET 392287
Actualités      Droit Public     

Connaitre les lieux ne constitue pas toujours une cause exonératoire à l’engagement de la responsabilité en cas de travaux public


Une professeur des collèges chute et se blesse en butant sur un regard dont le couvercle avait été laissé ouvert dans le couloir situé à proximité de la salle des … Continuer la lecture de Connaitre les lieux ne constitue pas toujours une cause exonératoire à l’engagement de la responsabilité en cas de travaux public

consulter
Actualités

Maintien d’office en disponibilité et allocation chômage

L’agent territorial mis en disponibilité à sa demande ne peut prétendre aux allocations chômage lorsqu’il est maintenu d’office en disponibilité à raison de son refus de reprendre un emploi qui lui a été proposé dans des conditions qui répondent aux exigences statutaires

ARRET 380116
Actualités     

Maintien d’office en disponibilité et allocation chômage


L’agent territorial mis en disponibilité à sa demande ne peut prétendre aux allocations chômage lorsqu’il est maintenu d’office en disponibilité à raison de son refus de reprendre un emploi qui lui … Continuer la lecture de Maintien d’office en disponibilité et allocation chômage

consulter
Actualités - Droit Rural

Rétrocession SAFER : celui qui renonce … renonce !

Lorsque la SAFER fractionne en plusieurs lots un bien qu’elle a acquis en vue de le rétrocéder, elle met en place une procédure de consultation des candidats à l’attribution de chacun de ces lots.

Le candidat qui renonce à l’attribution d’un lot, renonce du même coup à contester les décisions de rétrocession des autres lots.

La Cour de Cassation a en effet jugé que ledit candidat n’avait pas alors la qualité de candidat évincé puisqu’il avait volontairement renoncé à l’attribution du premier lot et qu’en conséquence, la SAFER n’était pas tenue de procéder à une nouvelle consultation des candidats pour ces autres lots pour lesquels l’attributaire susvisé n’avait pas candidaté.

ARRET 14-28389
Actualités      Droit Rural     

Rétrocession SAFER : celui qui renonce … renonce !


Lorsque la SAFER fractionne en plusieurs lots un bien qu’elle a acquis en vue de le rétrocéder, elle met en place une procédure de consultation des candidats à l’attribution de … Continuer la lecture de Rétrocession SAFER : celui qui renonce … renonce !

consulter
Actualités - Droit Rural

Le preneur qui manque à ses obligations au cours du bail primitif peut perdre sa faculté de le céder.

La Cour de cassation jugeait jusqu’ici que le  bailleur ne pouvait s’opposer à la cession d’un bail renouvelé au motif que des manquements avaient été commis durant le bail primitif que pour autant que les conséquences de ces manquements n’aient perduré après le transfert.

Elle a opéré un revirement récent notable à l’issue duquel elle retient désormais que le preneur qui ne conteste pas des manquements commis lors du bail primitif ne pouvait bénéficier de la faculté de le céder car il ne s’est pas constamment acquitté de toutes ses obligations contractuelles.

ARRET 14-23207
Actualités      Droit Rural     

Le preneur qui manque à ses obligations au cours du bail primitif peut perdre sa faculté de le céder.


La Cour de cassation jugeait jusqu’ici que le  bailleur ne pouvait s’opposer à la cession d’un bail renouvelé au motif que des manquements avaient été commis durant le bail primitif … Continuer la lecture de Le preneur qui manque à ses obligations au cours du bail primitif peut perdre sa faculté de le céder.

consulter
123